Anne-Laure, son combat contre le cancer… et la Sécu

anne-laure-floutee.jpgDouble peine. Atteinte d’un cancer, Anne-Laure G. se retrouve en plus aujourd’hui sans revenus. La Sécurité sociale refuse de lui donner des indemnités journalières au titre qu’elle a usé d’un congé parental avant de tomber malade. Anne-Laure a fait un recours devant le tribunal et souhaite sensibiliser la population et les élus afin que la loi évolue.

Comment peut-on laisser des gens qui combattent la mort sombrer dans la misère ?? Anne-Laure G. est en colère. La fatigue accumulée à l’issue de sa radiothérapie et de ses quatre mois de chimiothérapie a à peine entamé sa volonté de justice sociale. Pourtant, rien ne prédestinait cette Saint-Gilloise âgée de 44 ans a entré dans un tel combat. Lorsqu’elle s’installe avec son conjoint à la Réunion il y a près de six ans, tout semble lui sourire.

Elle trouve un poste d’assistante de direction et tombe enceinte assez rapidement. Pour mieux profiter de ces deux petites filles, aujourd’hui âgées de quatre et cinq ans, elle décide de prendre un congé parental d’éducation (CPE) de trois années, entre juin 2008 et juin 2011. Pour rappel, un congé parental est un congé non rémunéré qui suspend l’activité du salarié pendant un maximum de trois ans et avec l’assurance de retrouver son emploi à son issue. Mais au moment de réintégrer son travail, Anne-Laure Gambée veut changer de voie. “Mon frère était mon employeur et mon mari travaillait dans la même entreprise, j’avais besoin de prendre l’air. ? Elle signe alors une rupture conventionnelle pour prétendre au chômage, le temps de se former.

Une nouvelle vie s’offre à elle, très vite stoppée dans son élan. Après un contrôle de routine, Anne-Laure apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. La nouvelle tombe comme un couperet. Scanner, biopsie, opération chirurgicale, chimiothérapie, radiothérapie… elle enchaîne le long et douloureux périple du cancéreux. À cause de la maladie, elle retarde les démarches administratives et ne se préoccupe pas avant octobre de la question financière.

C’est avec une immense surprise qu’elle reçoit une fin de non-recevoir de la part de la Sécurité sociale quant à sa demande d’indemnisation journalière. “Le principe du maintien des droits, au titre du chômage indemnisé, s’applique quel que soit le délai écoulé entre la cessation d’activité salariée et l’indemnisation par le chômage, à condition qu’entre ces deux dates ne soit pas interposé un autre dispositif que le maintien de droit général de 12 mois, justifie la CGSS de la Réunion par courrier. Dans votre cas, vous étiez en congé parental de juin 2008 à juin 2011. ?

“On abandonne quelqu’un qui lutte contre  la maladie ?

La réponse lui paraît un peu alambiquée et Anne-Laure tente de trouver des informations auprès des forums Internet. Elle découvre alors qu’elle est loin d’être la seule personne dans ce cas. Autrement dit, malade et sans ressources. L’article R313-3 du code de la Sécurité sociale plonge de nombreuses familles dans la précarité en France. Elle décide alors de contester la décision de la Sécurité sociale par courrier puis en saisissant la commission de recours à l’amiable. Celle-ci ayant six mois de retard, elle fait un recours devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale. Jusqu’ici, aucune réponse ne lui a été fournie. Contactée par le Journal de l’Ile, la CGSS de La Réunion explique qu’en “cas de congé parental, il y a maintien des prestations en nature (remboursement de soins, ndlr) mais suspension des indemnités journalières ?, avant de préciser que “le dossier sera néanmoins réétudié" Car Anne-Laure est tombée malade non pas lorsqu’elle était en congé parental, mais quand elle était enregistrée à Pôle emploi.

En attendant de connaître ses droits, la mère de famille souhaite que la législation du code de la Sécurité sociale évolue. “J’ai de la chance d’avoir un mari qui peut m’aider financièrement, mais comment j’aurais fait pour subvenir à mes besoins et à ceux de mes enfants si j’étais seule ou divorcée ?, s’interroge Anne-Laure. La chimiothérapie, ça vous rend K.-O. Comment peut-on se payer une baby-sitter sans revenus ? Ce qui me choque, c’est qu’on abandonne quelqu’un qui lutte contre la maladie. ? Ce n’est pas pour l’argent, ni même pour sa chapelle qu’Anne-Laure prêche. Elle souhaite se battre pour toutes ces femmes silencieuses qui sont isolées et se retrouvent sans le sou. Et pour que des élus prennent enfin conscience de cette aberration législative

Marie Payrard

anne-laure.jpg

http://www.clicanoo.re/324933-son-combat-contre-le-cancer%C2%85-et-la-secu.html

Commentaires (1)

1. errard gueneau (site web) 30/06/2012

Je suis bien sur ecoeurée de voir que les choses ne bougent pas et comme vous je suis atteinte d'une pathologie lourde :jai voulu defendre notre cause avec acharnement et je me suis epuisée et de plus je viens de mettre en justice les auteurs de ceux qui ont tentés de me detruire et au nom de tous les malades maltraités :je viens de parler et de devoiler la maltraittance.Je suis admirative devant la ou les personnes qui ont decidés de vous aider et de mettre tout en oeuvre:moi je n'y suis pas arrivée mais jai confiance en ceux qui prennent le relais.....courage à vous et bises.LYDIE.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site